logo cdeab photo de maître Tamura

Comité Départemental de l'Essonne d'Aïkido et de Budo

Les brevets

Le CQP "Assistant professeur d'arts martiaux" - Mention "Aikido"

(Certification de qualification professionnelle)

S'obtient par la capitalisation de 3 UC :

UC 1 : Etre Capable (EC) de concevoir un projet d’enseignement

UC 2 : EC de mettre en œuvre un projet d’enseignement dans sa mention

UC 3 : EC de participer au fonctionnement de la structure

Le CQP, diplôme de branche professionnelle, permet la délivrance d’un certificat d’aptitude à l’exercice de la fonction d’assistant – professeur d’arts martiaux (CAEFAPAM) d’une
validité de cinq ans, renouvelable à l’issue d’une formation de 14 heures.
Ce certificat concerne des pratiquants souhaitant exercer,comme bénévole ou salarié, la fonction d’enseignant d’aïkido, puvant être au titre d’activité secondaire ou à temps partiel.
Il permet donc d’enseigner l’aïkido contre rémunération en autonomie et de délivrer des grades jusqu’au 1er Kyu.

(plaquette d'infos FFAB ICI)


 

 

Le Brevet d'Etat 1er degré est remplacé par
Le DEJEPS "Aikido, aikibudo et disciplinbes associées"
(infos légales ICI)
Diplôme d'Etat de la Jeunesse, de l'Education Populaire et du Sport

Le DEJEPS est un diplôme d'Etat , qui permet d'enseigner légalement, avec ou sans rémunération sur le territoire français.
L'obtention du DEJPES comprend deux parties :

  • Une partie théorique et écrite que l'on appelle UC1&2. Elle fait appel à des connaissances de mise en oeuvre de projet, de maitrise de l'environnement associatif, de la reglementation , de la mise en sécurité des publics, etc ...
    Ces UC sont validés directement par le ministère de la Jeunesse et des Sports.

 

  • Une partie spécifique car elle est effectuée sous la responsabilité de chaque fédération sportive, sous couvert du Ministère de la Jeunesse et des Sports,
    sous les intitulés UC 3&4.

Il est conseillé de se préparer aux épreuves. La fédération apporte deux types d'aide : d'abord des ouvrages spécifiques à se procurer auprès de ses services, ensuite des stages régionaux et/ou nationaux organiséspar les instances fédérales. Toute inscription à l'examen est effectuée auprès de la Direction Départementale (parfois Régionale) de la Jeunesse et des Sports dont le candidat dépend. Avant toute inscription, il faut être détenteur de l'Attestation de Formation aux Premiers Secours (AFPS) ou d'un titre équivalent (renseignez-vous auprès des DDJS ou DRJS). Des conditions légales sont imposées (âge, nationalité, certificat médical,etc...renseignez-vous auprès des DDJS ou DRJS). Dans certains cas, des qualifications particulières (études médicales, en STAPS, Sportifs de Haut Niveau, etc...) peuvent valider tout ou partie des épreuves, renseignez-vous.

> retour haut de page

immobilisation
> retour haut de page


immobilisation

Réflexions sur la pédagogie

Lorsque l'on assume une responsabilité d'enseignant on cesse de pratiquer uniquement pour soi et on s'intéresse avant tout aux autres. L'intérêt de la pratique change. C'est une autre façon de vivre l'Aïkido. Toutefois, comme enseigner oblige à se questionner sur sa propre pratique, cela n'entrave en rien les progrès personnels de l'enseignant, mais au contraire lui permet un élargissement du champ de ses compétences. Avant tout enseigner c'est prévoir, il s'agit d'organiser sa pensée afin de préparer son cours, et l'ensemble de son enseignement. Lorsque l'on construit une séance, le premier élément à prendre en compte est avant tout la clarté et la lisibilité de l'évolution des activités, les enchaînements de la première étape à la seconde et ainsi de suite en respectant une cohérence globale. L'élève, surtout le débutant, est en droit d'attendreque l'enseignant observe des règles logiques minimales lui facilitant une bonne compréhension de ce qu'on lui présente.


Bien entendu, cette partie théorique ne doit en rien devenir un dogme rigide, mais doit rester constamment adaptable, vivante, et évoluer en fonction des situations, des besoins et des réactions observables chez les pratiquants. Comme dans la discipline Aïkido toute entière, rigueur et souplesse doivent constamment s'allier.


Deux grandes options se présentent de manière standard :

  • Soit on choisit une unique et même saisie ou attaque et l'on veille à faire évoluer les techniques ou à les changer.
  • Soit on change les formes de saisies ou d'attaques et l'on conserve une même technique.

Dans tous les cas, il faut veiller à la cohérence des évolutions, soit dans le passage d'une technique à l'autre (type A) ou dans le passage d'une attaque à l'autre (type B). Au départ, on peut évoluer quant à la forme, quant à la distance.

  • Type A : Shomen Uchi + notion de principes d'immobilisation : Ikkyo Omote ou/et Ikkyo Ura Nikyo Omote Nikkyo Ura Sankyo Omote Sankyo Ura etc... Shomen Uchi + notion d'entrée. De plus en plus loin du corps : Irimi Nage Ude Kime Nage Kote Gaeshi etc... De plus en plus près du corps : Kote Gaeshi Ude Kime Nage Irimi nage etc...
  • Type B : Notion d'entrée. De plus en plus près du corps : Gyaku Hanmi Katate Dori Naname Kokyu nage (Sokumen ou Kokyu Nage) Sode Dori Kata Dori etc... De plus en plus loin du corps : Ryote Dori Koshi Nage Kokyu Nage (mains saisies) Kokyu Nage (en descendant et en fauchant les jambes) etc...

On peut aussi envisager un passage de la saisie à l'attaque (ou aux attaques) la première représentant une valeur éducative préparant à la seconde :

  • Aï Hanmi Katate Dori Ikkyo ou bien Kote Gaeshi Shomen Uchi Ikkyo Kote Gaeshi Shodan Tsuki Ikkyo Kote Gaeshi

On peut aussi penser à la même approche mais modifier le rythme ou le thème, c'est à dire aborder par un concept :

  • Go Taï ou bien Go No Geiko suivre par Ju Taï Ju No Geiko envisager Eki Taï puis Ryu No Geiko.

hakama et boken

Ou encore contre un seul adversaire, puis deux, puis trois, en faisant attention au fait que cela limite le nombre de techniques envisageables et en sachant que cela peut provoquer une précipitation inutile. Tout est une question de présentation des objectifs annoncés aux pratiquants.

On peut aussi travailler, c'est assez naturel, par rapport à un enchaînement technique "logique" comme par exemple un travail sur le placement anatomique du bras dans :

  • Yokomen Uchi Shiho Nage Ude Kime Nage Koshi Nage sur le Shiho Nage Kokyu Nage

(par exemple en entrant et en descendant sous le bras du Shiho/Koshi Nage)


On peut aussi envisager le problème à l'envers du point de vue de Uke/Aïte par exemple et s'intéresser avant tout aux Ukemis, trouver une série de situations que l'on considérera comme identiques pour une étude des chutes arrière. (C'est plus facile avec un cours d'anciens déjà au fait des techniques) : Tenchi Nage, Irimi Nage, Shiho Nage, etc.
On n'oubliera pas de penser que les armes sont, elles aussi, bien plus captivantes et leur enseignement et bien plus profitable si l'on garde un fil directeur cohérent pour leur pratique.
En fait il suffit de rester clair et constructif pour rendre les élèves capables d'apprendre le plus rapidement et le mieux possible. Il est certain qu'il faut tenir compte du public, de l'âge et des qualités de chacun, et surtout, car bien des choses se construisent sur la durée, ne pas oublier que la répétition est la mère de la pédagogie.


> retour haut de page


Conclusions

Les formations BE/BF sont conviviales. Destinées à répondre aux questions que vous posez sur les épreuves des BE et BF et sur l'Aïkido, elles sont un temps de réflexion mais elles sont aussi et avant tout un lieu d'entraînement. Elles sont encadrées par des enseignants eux-même titulaires du Brevet d'État et membres des jurys d'examen.
Comme indiqué plus haut dans la partie "Généralités ", ce qui est évoqué ci-dessus est avant tout indicatif. Pour de plus amples renseignements, consultez les DDJS, DRJS, la ligue IdF et/ou la fédération.
N.B. : Pour vous préparer à long terme aux Diplomes d'État, il est fort utile d'envisager d'abord une préparation au Brevet Fédéral qui est un tremplin vers le DEJEPS. Le BF constitue la première étape de la formation d'un futur enseignant.


L'adresse de la Direction Régionale et Départementale de la Jeunesse et des Sports de Paris-Ile-de-France (valable pour 75 77 78 91 92 93 94 95) est la suivante :
6-8 rue Eugène-Oudiné.
75013 PARIS.
Tél : 01 40 77 55 00.
Fax : 01 45 85 33 20.



> retour haut de page